quarta-feira, 16 de abril de 2008

Os vinte e nove Sonetos de Amor de Étienne De La Boétie

Soneto X

Je vois bien, ma Dordogne, encor humble tu vas:

De te montrer Gascogne en France tu as honte.

Si du ruisseau de Sorgue on fait ores( maintenant) grand compte,

Si( cependant) a-t-il bien été quelquefois aussi bas.


Vois-tu le petit Loir, comme il hâte le pas?

Comme déjà parmil les plus grands il se compte?

Comme il marche hautain d´une course plus prompte?

Tout à côté du Mince( Mincio), et il ne s´en plaint pas?


Um seul olivier d´Arne ( Arno), enté au bord de Loire,

Le fait courir plus brave, et lui donne sa gloire.

Laisse, laisse-moi faire, et un jour, ma Dordogne,


Si je devine bien, on te connaitra mieux ;

Et Garonne, et le Rhône, et ces autres grands dieux

En auront quelque envie, et possible vergogne.


FAR

1 comentário:

Anónimo disse...

Gabriela: O nosso comum objecto de trabalho e o seu efémero sucesso - marcham.Thanks a lot. FAR