domingo, 25 de maio de 2008

XXIX Sonetos de Amor de Étienne de La Boétie

Soneto 11°


(Toi qui oys( entends ) mes soupirs, ne me sois rigoureux

Si mes larmes à part toutes miennes je verse ,

Si mon amour ne suit en sa douleur diverse

Du Florentin transi les regrets langoureux ;


Ni de Catulle aussi , le folâtre amoureux ,

Qui le coeur de sa dame en chatouillant lui perce ,

Ni le savant amour du migrégeois (demi-Grec) Properce ;

Ils n´aiment pas pour moi , je n´aime pas pour eux.


Qui pourra sur autrui ses douleurs limiter ,

Celui(-ci) pourra d´autrui les plaintes imiter :

Chacun sent son tourment , et sait ce qu´il endure ;

Chacun parla d´amour ainsi qu´il l´entendit.

Je dis ce que mon coeur, ce que mon mal me dit.

Que celui aime peu qui aime à la mesure.


FAR

1 comentário:

Anónimo disse...

esta porra dos sonetos nunca mais acaba!
Étienne de La Boétie