quarta-feira, 16 de janeiro de 2008

Os vinte e nove Sonetos de Amor de Étienne de La Boétie (3)

Soneto III

C´est fait, mon coeur, quittons la liberté.

De quoi, meshuy ( désormais) servirait la défense,

Que d´agrandir et la peine et l´offense;

Plus ne suis fort ainsi que j´ai été.


La raison fut un temps de mon côté:

Or, révoltée, elle veut que je pense

Qu´il faut servir et prendre en récompense

Qu´oncq( que jamais) d´un tel noeud nul ne fut arrêté.


S´il se faut rendre, alors il est saison,

Quand on n´a plus devers soi la raison.

Je vois qu´Amour, sans que je le desserve,


Sans aucun droit, se vient saisir de moi ;

Et vois qu´encore il faut à ce grand roi,

Quand il a tort, que la raison le serve.


FAR

Sem comentários: